Une nouvelle play liste

Didier Deschamps a tranché : 23 joueurs sont partants pour la Coupe du Monde russe et vont se préparer ensemble. Pendant ce temps 11 joueurs suppléants (et non réservistes) seront dans les starting-blocks au cas où… État des lieux des choix opérés par le sélectionneur.

 

Les +

Disons-le d’emblée, c’est une belle liste avec une équipe qui a fière allure. Il n’y a que 23 places dans l’avion, donc des choix à faire, donc des absents, donc des débats. Et on peut tous en débattre. Mais Deschamps a peut-être fait la liste la plus consensuelle depuis un paquet d’années.

Si on soustrait les blessés de marque (Koscielny, Payet) et les choix politiques (Benzema, Ribéry), le produit fini est propre et d’une certaine façon dans la continuité. Les appelés étaient attendus, exceptés quelques favoris à la trappe. Les Bleus possèdent 2 très bons gardiens (deux n*1 ex-æquo). La défense est de belle facture. Je pense qu’elle est appelée à devenir l’une des toutes meilleures, mais il est encore un peu tôt pour cette compétition : d’une côté la question des latéraux est entière (voir plus bas), de l’autre le duo très complémentaire Varane-Umtiti demande à être mis à l’épreuve dans le temps pour devenir une référence. Le milieu de terrain est impressionnant et l’attaque possède quantité de profils variés, donc autant de dangers pour les adversaires. Pour finir, parce que ce sport co’ est aussi une affaire d’individualités, la France présente en théorie 2 étoiles : Pogba & Griezmann. Le second arrive totalement lancé, reste à savoir si le premier va enfin réussir à assumer son statut et franchir le palier que tout le monde pressent.

Parmi les 32 participants, nombreux sont ceux qui aimeraient pouvoir aligner une telle sélection. La France fait partie des prétendants. Mais…

 

Les –

Personnellement, je vois très nettement 4 maillons faibles. Le problème étant que tous me paraissent plus ou moins rédhibitoires pour espérer aller au bout de la compétition.

1. Une équipe vraiment jeune. Je ne parle pas de la moyenne d’âge (26 ans) : avec Lloris, Mandanda, Rami, Sidibé, Kanté, Matuidi, N’Zonzi, Giroud et d’une certaine façon Griezmann (27), puisque cela remonte l’âge moyen du groupe. Je parle de l’âge médian qui tourne vers 23 ans avec plus d’une douzaine de joueurs de moins de 25 ans ; la moitié de l’équipe. La jeunesse c’est l’insouciance… Deschamps juge que c’est un avantage ; et vous ?

2. Une équipe plutôt inexpérimentée pour ce genre de grand rendez-vous. Pour le coup, la finale OM-Atletico tombait à pic puisque 5 joueurs de la liste ont engrangé une expérience supplémentaire. Griezmann, Mandanda et Rami en avaient déjà toutefois. D’autres sélectionnés vont même jouer celle de la Ligue des Champions ! En fait, une grande partie des 23 possèdent l’expérience du haut niveau, c’est incontestable : ils sont titulaires dans des (très) grands clubs, dans des grands championnats, jouent des affiches nationales voire européennes… Alors ça c’est le coté pile, mais il y a le côté face. Combien ont vécu (le mot est important) la spécificité d’une grande compétition, telle la Coupe du monde ? Être en circuit fermé 2 mois avec la préparation, la pression, quand chaque match compte ? Peu. Lloris, Mandanda (tous 2 seuls rescapés des Bleus de la CdM 2010!), Varane, Matuidi, Pogba, Giroud, Griezmann (présents au Brésil en 2014) : moins d’1 joueur sur 3 a l’expérience ; et je dirai 1 titulaire sur 3. Et 2/3 en ont strictement aucune… D’habitude on ajoute quelques nouveaux, là il y a une grosse charrette de joueurs inexpérimentés (mais talentueux).

3. Une équipe sans latéraux (en forme) de niveau international / de classe mondiale. Sidibé & Mendy n’ont pas à rougir, ils sont bons, notamment en phase offensive. Mais ils reviennent tous 2 de blessure! Seront-ils dans le rythme ? Et surtout n’existe-t-il pas un risque qu’ils rechutent au cours du tournoi ? Dans ce cas les options se nomment Pavard & Hernández. Très jeunes. Verts. Si l’insouciance les porte c’est oui, si la pression les emporte ce sera non. Debuchy n’aurait-il pas apporté plus de garantie ? Au final, les postes de latéraux sont actuellement à l’orange depuis plusieurs années chez les Bleus (ce qui explique la longévité du duo Évra / Sagna), or dans le football moderne sans grands latéraux, compliqué de briguer des trophées.

4. Et une véritable interrogation sur ce groupe : a-t-il seulement un leader charismatique ?

Le brassard de capitaine (de plus en plus symbolique dans le football, contrairement au rugby ou au handball) ceint par Lloris transcrit-il réellement son leadership ? Mandanda semble avoir plus d’emprise sur le groupe par exemple, mais il ne part pas titulaire. Et sans parler du caractère du gardien titulaire, la question se pose de savoir s’il est pertinent de faire d’un gardien (loin du ballon et du jeu) le capitaine ? Seule exception : lorsque le gardien dégage une telle aura qu’il éclabousse ses équipiers, adversaires, ses supporters voire ceux adverses (Buffon).

Admettons de dépasser ce symbole et cherchons un leader charismatique. Prenons des portraites-robots de stars d’un passé récent. Le patron de défense (Hierro, Ferdinand, Vidic, Cannavaro, Nesta, Ayala, Matthaus) ? Il n’y en a pas. Le milieu de terrain aboyeur et qui influence l’arbitre dans sa zone (Simeone, Dunga, Van bommel, Gattuso ou De Rossi) ? Pas mieux. Le meneur de jeu au leadership technique à fort tempérament (Zidane, Maradona, Rivaldo, Totti, Schweinsteinger) ? L’espoir suscité par Pogba depuis la CdM 2014 peine à se muer en réalité. Un tournant dans 1 mois ? Un attaquant de classe mondiale qui peut emmener derrière lui tout un groupe (Van Nistelroy, Bergkamp, Ronaldo9, RonaldoCr7, Messi, Raul, Baggio, Rooney) ? On a, mais Griezmann ne se sent pas d’être le patron de cette équipe. Lucide. Alors qui ? Payet out, les tempéraments susceptibles de mener une partie du groupe sembleraient a priori les suivants : Umtiti, Rami, Tolisso ou Giroud. Le souci c’est que la voix d’un leader porte sur 22 autres gars parce qu’il a l’âge et/ou l’expérience… or cela…

 

Quelle option de jeu ?

Deschamps utilise en général 3 formations avec un socle inamovible de 4 défenseurs : 4-3-3, 4-2-3-1 et 4-4-2. Et ses 23 correspondent bien à cette palette.

Son schéma dépend de l’équilibre entre un axe quadrillé et l’occupation des couloirs. L’axe : ses 5 milieux (tous défensifs) viennent compléter le profil de Giroud (pivot axial exclusivement) auquel 1 pointe peut s’ajouter (Griezmann ou Mbappé) ; ce qui sort Lacazette. Et puis l’absence regrettable (sur blessure) de Payet semble laisser Fekir comme seule option de meneur de jeu axial (en schéma à 5 milieux). 7 joueurs dans l’axe, voire 8. Les couloirs : Thauvin, Dembélé, Lemar, mais aussi Griezmann, Mbappé, Fekir sans oublier Matuidi : 6 voire 7. Interchangeables.

Si on y regarde bien, exceptés les 3 goals, les 8 défenseurs et Giroud en pivot, les 11 milieux et attaquants peuvent tous occuper 2 postes selon la formation retenue. Fekir, donc, est là pour jouer axial mais peut dépanner milieu droit dans un 4-4-2. Lemar, Thauvin, Dembélé sont autant milieux excentrés en 4-4-2 qu’ailiers en 4-3-3. Griezmann peut lui jouer pointe axial en 4-4-2, en 4-3-3 ou même ailier en 4-3-3. Mbappé ouvre le cahier de jeu en jouant sur les 4 positions de devant quel que soit le schéma.

Le nombre de 5 milieux retenus prouvent que Deschamps se garde l’option de jouer à 2 récupérateurs ou à 3 Milieux. Ces 5 là sont très forts et très complémentaires : des grands & des petits, des athlétiques & des endurants, des soldats & des techniciens, des tireurs de loin & des franchisseus de lignes, des purs axiaux & des milieux excentrés, mais tous ont ce point commun qu’ils jouent vraiment bas. A croire que c’est ce qui coute sa place à Rabiot, bien meilleur plus haut qu’en sentinelle du milieu.

Les Bleus ce sont de tres grands joueurs du bas du milieu de terrain et du front de l’attaque. Mais entre les deux ? C’est la seule interrogation au final : qui a les clés du jeu de l’équipe de France ? Nous n’avons à priori ni le meneur reculé « à la Pirlo » aux passes soyeuses (autrefois dévolu à Cabaye), ni le meneur de jeu purement axial faisant la transition milieu/attaque… enfin si, je ne vois que Fekir qui puisse joliment les lier. Mais jouer a-t-il ? Ne pourrait-il pas jouer sa carte en milieu axial dans un 4-3-3 ? Quel joueur va créer des différences dans l’entrejeu selon le schéma ? Moi c’est ma seule interrogation.